Interview de Raphaël Vullierme, cofondateur et CEO de Luko

Raphaël Vullierme, co-fondateur de Luko

Luko est le leader européen de la néo-assurance habitation, avec plus de 300 000 clients. L’entreprise continue son ascension avec notamment des rachats récents de concurrents et une internationalisation de son offre. Raphaël Vullierme, cofondateur, revient pour Selectra sur l’histoire de Luko et sur les perspectives pour l’avenir.


📖 Quelle est l’histoire de Luko ?

Revoir le système de l’assurance en plaçant le consommateur au coeur de l’équation.

A l’origine, Luko fabriquait des objets connectés pour monitorer la consommation d’énergie et d’eau des foyers et anticiper les sinistres, comme les fuites par exemple. Notre vision a toujours été de protéger les foyers. Nous vendions alors nos technologies aux assureurs, car c’étaient les acteurs les plus pertinents pour proposer ces produits directement au consommateur. Cependant, après un an de collaboration avec les assureurs classiques, nous avons constaté que si nous voulions vraiment protéger les foyers, il fallait surtout revoir le système de l’assurance en plaçant le consommateur au coeur de l’équation. Nous sommes repartis d’une feuille blanche et nous avons décidé de créer une assurance avec un modèle transparent, pour éviter tout conflit d’intérêt et remettre la confiance au centre.

🏡 Que proposez-vous concrètement ?

L’avantage est d’avoir accès rapidement à tout ce qui est nécessaire : contacter un artisan, déclarer un sinistre, modifier ses garanties, télécharger son attestation, etc.

Luko est aujourd’hui le leader européen de la néo-assurance habitation. Nous nous concentrons sur la verticale du foyer pour proposer une offre d’assurances complète, avec les meilleures garanties, et au juste prix pour chaque assuré.

De l’assurance habitation à l’assurance emprunteur, chaque produit offre une expérience simple et accessible, 100% en ligne. L’avantage est d’avoir accès rapidement à tout ce qui est nécessaire : contacter un artisan, déclarer un sinistre, modifier ses garanties, télécharger son attestation, etc.

Nous nous différencions grâce à notre business model éthique, empêchant ainsi tout conflit d’intérêt entre l’assureur et l’assuré. Chacun sait comment son argent est utilisé, et donc, et nous n’avons rien à gagner à ne pas rembourser les sinistres.

Nous nous différencions grâce à notre business model éthique, empêchant ainsi tout conflit d’intérêt entre l’assureur et l’assuré. Chacun sait comment son argent est utilisé, et donc, et nous n’avons rien à gagner à ne pas rembourser les sinistres.

🚀 Quel est votre bilan chiffré ?

Luko, c’est l’insurtech numéro 1 en Europe avec plus de 300 000 assurés, 72 millions d’euro levés depuis 2018 et 100 000 euros de Giveback donnés aux associations en 2021. Luko ce sont aussi 100 000 euros de Service client de qualité avec une note de 4,2 sur Trustpilot.

🤗 Qui sont vos clients ? Quelles sont leurs attentes ?

Notre base de clients est extrêmement variée. Il est obligatoire d’avoir une assurance habitation en France, c’est donc un sujet qui touche tous les citoyens. Luko offre alors une solution simple et personnalisée pour chaque profil.

Nos clients recherchent un service de confiance et qui leur ressemble, qui saura s’adapter à leurs besoins spécifiques. Ils se reconnaissent beaucoup en Luko et vis-à-vis de notre modèle éthique.

🆚 Vous confrontez-vous à des clients qui restent rassurés par des noms plus “anciens” en assurance ?

Chaque assuré sait où va son argent, et que nous ne gagnons pas plus à ne pas les rembourser. Cela permet de créer une vraie relation de confiance.

Nous avons aujourd’hui plus de 300 000 clients qui nous font confiance, et nous sommes l’assurance la mieux notée sur internet, je pense que cela rassure beaucoup les consommateurs.

De plus, depuis le début, nous avons fait le choix de nous doter d’un business modèle transparent. Chaque assuré sait où va son argent, et que nous ne gagnons pas plus à ne pas les rembourser. Cela permet de créer une vraie relation de confiance. Bien sûr, certains préféreront toujours les assureurs avec une agence et une présence physique. Nous ne pourrons donc actuellement pas les convaincre comme notre parti pris est avant tout digital.

🔮 Quel est votre plus gros challenge en tant qu’acteur du monde de l’insurtech ?

Nous pensons qu’il existe trois gros défis auxquels doit s’attaquer l’insurtech :

  • Construire un marché plus transparent : la confiance dont il bénéficiait a beaucoup souffert pendant la crise sanitaire. Il faut remettre le client et la transparence au centre de l’assurance.
  • Des acteurs axés sur la prévention : il est dommage de remplacer quand on aurait pu simplement mieux protéger. L’assurance doit avancer dans le bon sens et répondre aux grands défis de notre époque. Notre rôle est d'autant plus fort dans les nouvelles zones à risques climatiques où il faut faire de l'éducation en plus de la prévention, car c'est là où le coût est le plus fort.
  • Des acteurs plus engagés, avec un impact plus fort : anticiper les changements climatiques, mieux reconstruire (durablement) après les accidents.

🆕 Quelles sont vos dernières actualités ? Pouvez-vous nous parler de votre récent rachat d’Unkle et de Coya en Allemagne ?

Motre mission initiale : être l’acteur de référence du foyer en Europe, aligné avec les intérêts de nos clients.

En effet, en janvier, nous avons racheté notre concurrent Allemand, Coya et nous nous sommes lancés par la même occasion en Allemagne. Nous avons à présent à Berlin une équipe d’une cinquantaine de personnes ! Encore plus récemment, en mars, nous avons racheté Unkle, qui se spécialise dans l’assurance des loyers impayés. Un marché très prometteur en France dont ils sont le leader online. On est très heureux de pouvoir travailler avec eux.

Par rapport au développement à l’international, nous souhaitons partir à la conquête de nouveaux pays européens et être présent dans 6 d’entre eux à horizon 2023. Sur le long terme, notre objectif est de concrétiser notre mission initiale : être l’acteur de référence du foyer en Europe, aligné avec les intérêts de nos clients.

🤝🏼 Avez-vous noué des partenariats particuliers ?

Oui ! Fin 2021, nous avons démarré notre collaboration avec Leroy Merlin autour de notre produit “Docteur House” : un service de téléconsultation pour une vérification complète du foyer. On travaille aussi avec Airbnb, le géant américain de la location entre particuliers et offrons une assurance spéciale location de courte durée pour les français qui mettent leurs logements sur ce type de plateformes.

😷 Est-ce que le Covid a eu une influence sur vos services ?

Les premières semaines du confinement, le Covid a pas mal ralenti notre croissance. En effet, les gens cherchent majoritairement une nouvelle assurance quand ils déménagent et plus personne ne bougeait. Mais rapidement, le confinement a permis aux Français de prendre confiance dans les services numériques. Ils ont pu constater que peu importe la situation, les services digitaux sont toujours aussi réactifs et disponibles pour les assister.

Nous avons été très chanceux car le Covid ne nous a pas impacté, voire au contraire. Les gens font davantage confiance aux services en ligne et nous n’avons cessé de croître depuis. En 2020, Luko c’était 40 employés, aujourd'hui nous sommes 250 !

⚖️ Pouvez-vous nous parler de votre statut d’entreprise certifiée BCorp ?

Nous sommes la première assurance en Europe à avoir obtenu la certification BCorp en 2019.

Nous sommes la première assurance en Europe à avoir obtenu la certification BCorp en 2019. Cette certification exigeante est octroyée aux entreprises répondant à des exigences sociétales et environnementales, de gouvernance ainsi que de transparence envers le public.

Nous sommes très fiers d'être BCorp et de prouver que l’on peut conjuguer hyper-croissance, transparence et responsabilité sociale.

Luko tente également de créer le meilleur environnement professionnel pour ses salariés : congés paternité étendu à 1 mois depuis 3 ans, "No border policy", une politique adaptée au mode de vie de ses employés, où qu'ils soient.

Nous sommes très heureux que Selectra et Familles de France nous accordent leur confiance ! On est ravi de proposer une assurance au juste prix à tous les français. On sait que le pouvoir d’achat est une vraie problématique du quotidien, et nous sommes ravis de pouvoir y contribuer à notre manière.

🔎 Vous continuez de recruter ? Quels types de profils ?

Oui évidemment ! Nous sommes aujourd’hui 250 et avons prévu de recruter plus de cent personnes sur l’année. Les profils sont très variés : ingénieurs, service client, expert en gestion de sinistre, data scientist, etc.

🤸‍♂️ Comment “tombe-t-on” dans l’insurtech ?

Nous sommes progressivement passés de la conception de capteurs pour monitorer la consommation énergétique des foyers à l’insurtech. Le cheminement est logique mais n’était pas du tout prévu à la base ! C’est réellement le manque de transparence et de customer centricity sur le marché qui nous a poussé à nous lancer.

🥰 Quel est le projet dont vous êtes le plus fier en tant que cofondateur de Luko ?

Nous avons une super culture d’entreprise autour de valeurs communes comme l’impact, l’obsession du client ou encore l’exécution.

La vision que nous avions eu avec Benoît, mon cofondateur, à la création de Luko, de rendre les foyers plus verts et plus sûrs devient de plus en plus concrète ! Nous avons les moyens d’atteindre cet objectif et j’en suis très fier. Je suis également très fier de l’équipe que l’on a construite. Nous avons une super culture d’entreprise autour de valeurs communes comme l’impact, l’obsession du client ou encore l’exécution.

🥇>
Mis à jour le